Résultats de recherche : "shmuel"

Anastrophe – Shmuel T. Meyer

Collection Littérature et art
Enluminures de Miriam Briss
ISBN : 978-2-85446-573-0
Format : 14 x 21 cm
46 pages
Prix : 15 €

Shmuel T. Meyer dont on connait l’importante oeuvre en prose nous offre ici un recueil de poésie préfacé par Salah Stétié.
L’amoureux des deux rives est l’éternel voyageur au regard porté sur les nuages et les vents ; les portes et les fenêtres de ses deux villes nourricières, Jérusalem et Genève.
«La ville est ma matrice… Elle accouche de moi… elle me poursuit, hante mes exils… Je la féconde d’un lumineux inceste».
Un dense et somptueux recueil accompagné de belles enluminures de Miriam Briss.

Tous nos Auteurs

Fondées en 1950, la revue et les éditions Caractères ont fait paraître les œuvres de quelques-uns des plus importants poètes de notre temps, ainsi que de nombreux auteurs contemporains.

Les éditions Caractères publient de la littérature générale française et étrangère : poésie, romans, nouvelles, essais, contes, récits, théâtre, témoignages, monographies, entretiens, livres d’art…

 

A

Peter Altenberg

Pierre Albert-Birot

Béatrice Albertat

Vicente Alexandre

Sri Aurobindo

Jacques Ancet

Guillaume Apollinaire

B

Sabine Badré

Kresimir Bagic

Luisa Ballesteros Rosas

Hamoutal Bar-Yoseph

Erwan Bargain

Eliane Biedermann

Jean-Yves Bosseur

Hélène Barrier

Claude Beausoleil

Luc Bérimond

Moshé Ben-Shaul

Claude Berger

Ory Bernstein

Hayyim Nahman Bialik

Robert Bichet

Jean-Pierre Bigeault

Piedad Bonnett

Maïa Brami

Mathieu Brosseau

Paul Briot

Nicole Brossard

Alain Bosquet

Michel Butor

C

Nelie Campobello

Jean Cassou

Philippe Cantraine

Georges Castera

Xi Chuan

Gérard Clery

Lisa Cligman Mizrachi

Albert J. Cohen

Patrick Corneau

Benoît Coppée

Claude Couffon

Jean Cocteau

Jean-Pierre Crespel 

Elsa Cross

Annie Curien

Maurice Cury

D

Bernard Delpeche

Abdolbâri Djahâni

Han Dong

Dhawan

Duo Duo

Plamen Doynov

Su Dongpo

Arjen Duinker

Bruno Durocher

Jean Durosier Desrivières

E

Michael Edwards

Haya Esther

Odysseus Elytis

F

Jean-Luc Ferrandi

Gérard Farasse

Mahamadou Faty

Benjamin Fondane

Jean Follain

G

Carla Gavioli

Juan Gelman

Louise Gaggini

Federico Garcia Lorca

Nicole Gdalia

Almir Ghiaroni

Edouard Glissant

Nicolas Guillén

Vahé Godel

Lourdes Maria Gonzales Herrero

Eamon Grennan

Jaco Guinsburg

Christian Guy

Yvan Goll

H

Safia Haleem

Shen Hanguang

Han Dong

Kaiser Haq

Mila Haugová

Hilda Hilst

Xavier Houssin

Bai Hua

I

Daisaku Ikeda

Miron Chaim Izakson

J

Max Jacob

Yu Jian

Ouyang Jianghe

James Joyce

Pierre-Jean Jouve

K

Franz Kafka

Mang Ke

Krishna Baldev Vaid

Istavan Kemeny

Loebel Klein

Noémi Kupfer

L

Werner Lambersy

Jean Laugier

Jean-Clarence Lambert

Alain Lance

François Lescun  

Yang Lian

Song Lin

Camille Loivier

Liliana Lukin

M

Zvonko Makovic

Monica Mansour

Loys Masson

Hervé Masson

Bruno Mabille 

Héctor Majarrez

Tonko Maroevic

François Martinez

Shimada Masahiko

Jacqueline Michel

Marga Minco

Agi Mishol

Annie Molin Vasseur

Anne Mounic

Maurice Mourier

Czeslaw Milosz

Thérèse Marin

Karine Martel

Gilberto Mendonça Teles

Marga Minco

Lisa Cligman Mizrachi

N

Pablo Neruda

Bernard Noël

Georges Norge

O

Shizue Ogawa

René Obaldia

Lorand Orbok

Esther Orner

Jacques Outin

P

Féridè Papléka

Saïdeh Pakravan

Féridè Papleka

Amir Parsa

Denis Peiron

Olivier Peraldi

Fernando Pessoa

Frédérique Pestel

Marta Petreu

Phène

Jean-Loup Phillipe

Jean Portante

Ezra Pound

Halina Poswiatowska

Alexandre Pouchkine

Dmitri Prigov

Q

Raymond Queneau

R

Zsuzsa Rakovszky

Bertrand Renaudin

Dominique Reignier

Rainer Maria Rilke

Yannis Ritsos

Jerome Rothenberg

Anne Rothschild

Jean Rousselot

S

Jaime Sabines

Yves Sandre

Geroges-Elia Sarfati

Olga Sedakova

Koyamparabath Satchidanandan

Laurence Sendrowicz

Hannah Senesh

Georges Séféris

Han Guang Shen

Kedarnath Singh

Edith Södergran

Lin Song

Drago Stambuk

Shi Su

Carlo Suarès

Jules Supervielle

T

Jean Tardieu

Charles Tomlinson

Monique Thomassettie

Krisztina Toth

Shmuel T. Meyer

Rabindranath Tagore

Gilberto Mendonça Teles

Tchicaya U’Tamsi

Hsien Min Toh

Krisztina Toth

Jean-Marie Tresflin

Maties Tugores Garau

Floarea Tutuianu

Tristan Tzara

U

Makhambert Utemissov

V

Ashok Vajpeyi

Paola Vernot

Michel Viegnes

François de Villandry

Yolande Villemaire

Nikiforos Vrettakos

Andreï Voznessenski

X

Gao Xingjian

Y

Lian Yang

Mo Yan

Xin Ye

Wang Yin

Zhai Yongming

Ekaterina Yossifova

Z

Natan Zach

Zhang Zao

Christian Zimmermann

Henry Zipper de Fabiani

Mo Yan: le Nobel de Littérature 2012 aux éditions Caractères!

Mo Yan, romancier chinois de 57 ans, devient Nobel de littérature

mo yan

Mo Yan avec Nicole Gdalia aux Éditions Caractères, en 2009.

« Il a le plus paradoxal des pseudonymes : « celui qui ne parle pas ».
Au vrai, il se fait plutôt discret dans les médias. Mais ses livres parlent pour lui. Guan Moye, à l’état civil, a publié pas moins de 80 romans et recueils de nouvelles. Né en 1955 dans la province rurale du Shandong, il passe par l’armée avant de se mettre à l’écriture. Comme il l’a expliqué au patron de Rue 89, il doit beaucoup aux militaires: « L’armée l’avait sauvé, lui avait appris à lire et à écrire, et c’est dans la section culturelle de l’armée qu’il avait développé son goût artistique […] ». Son premier texte est publié en 1981 dans une revue littéraire. Ce n’est que douze ans plus tard, en 1993, que Le clan du Sorgho, paru chez Actes-Sud, apporte une renommée internationale à ce fils de paysans. Son livre est en effet adapté au cinéma par Zhang Yimou sous le titre Le Sorgho rouge, avec l’actrice Gong Li dans le rôle titre. Anne Sastourné des éditions du Seuil le repère grâce à ce film: « Nous avons tout de suite compris qu’il s’agissait d’un immense écrivain », explique-t-elle.

Pour Nicole Gdalia, directrice des éditions Caractères qui a publié Explosion en 2004, Mo Yan est « un grand écrivain de la Chine d’aujourd’hui ». Il évoque dans ce court roman les ravages de la politique de l’enfant unique et les avortements qui en découlent. « C’est un petit bijoux très travaillé stylistiquement, sur un sujet très douloureux, encore brûlant dans la Chine actuelle, estime encore Nicole Gdalia, l’un de ceux qu’il avoue lui-même préférer et dont il dit qu’il l’a écrit en pleurant. » L’éditrice, qui a rencontré Mo Yan avec sa traductrice française Chantal Chen, se dit très heureuse pour lui.

L’Asie, nouvel eldorado des lettres ?

Mo Yan n’est pas le premier Prix Nobel de Littérature de l’Empire du milieu; il devient le quatrième auteur du continent asiatique a remporter cette distinction depuis 1901 (après Shmuel Yosef Agnon, Yasunari Kawabata et Kenzaburo Oe). En 2000, Gao Xinjiang avait lui aussi reçu cette prestigieuse récompense. Mais à l’époque, aucun message de félicitation de la presse locale n’avait accueilli la nouvelle. Silence total. Il faut dire que l’œuvre de Xinjiang, auteur exilé en France, est bannie en Chine. Les autorités ont aussi préféré passer sous silence le succès de Liu Xiaobo, célèbre dissident, bête noire de Pékin récompensé du Nobel de la Paix en 2010. Avec Mo Yan, le gouvernement chinois a trouvé une occasion de se réjouir.

L’écrivain est en effet vice-président de l’Association des écrivains d’un pays dont il dénonce les tares, à commencer par le népotisme, la corruption et la toute-puissante bureaucratie. Il est certes proche du pouvoir mais pour Nicole Gdalia, sa « liberté de ton » s’avère indéniable. Mo Yan devrait se rendre à Stockholm le 10 décembre pour recevoir son prix ainsi que les 929 000 euros qui l’accompagnent. »

Florence Roques,
« Mo Yan, le Nobel de Littérature au peintre de la Chine contemporaine »
www.evene.fr

bulletin mo yan

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén